Différencier un site e-commerce d’une marketplace en 6 étapes !

 
Margot Felletin
Par Margot Felletin
4 mai 2018

Partagez l'article !

 

Alors même que le commerce en ligne, ou « e-commerce » a atteint des sommets en 2017, avec une augmentation de +7% par rapport à 2016 selon le Journal du CM, il est difficile de cerner quels acteurs composent ce marché complexe.

Mais comment différencier simplement un site e-commerce d’une marketplace ? Focus dans cet article sur les 6 étapes permettant de distinguer les deux !

Sites e-commerces, Marketplaces, pas le même métier !

Alors même que les sites e-commerces vont avoir pour objectif de mettre à disposition des boutiques en ligne, d’assurer un support client impeccable, et donc de prolonger la stratégie B2C (Business To Consumer) déjà existante dans les magasins de ventes directes, concentrée sur la relation au consommateur, les marketplaces n’ont pas le même métier.

Ces dernières sont en effet dans une toute autre démarche : une démarche B2B (Business To Business) en plus d’une démarche B2C : soit une logique B2B2C. A ce titre, le cœur du métier des marketplaces n’est pas le même car le client n’est pas le même : pour une marketplace le client c’est le vendeur en plus de l’acheteur. La marketplace joue le rôle d’intermédiaire entre les marques et les consommateurs, à l’image de Vente Privée, ou bien plus directement entre les consommateurs eux-mêmes comme l’illustre bien le fonctionnement d’Amazon.

De ce fait, pendant que le site e-commerce se rémunère de manière directe en fonction de ses ventes (comme dans un magasin), les marketplaces, elles, se rémunèrent à la commission directement prélevée auprès du vendeur.

Ainsi, alors que certaines tâches nécessaires aux activités peuvent correspondre entre un site e-commerce et une marketplace, à l’image du marketing ou bien encore du management, les « cœurs » de métier eux diffèrent. L’opérateur de marketplace se doit en premier lieu de multiplier l’intégration de nouveaux vendeurs sur sa plateforme et ce en fonction de leur correspondance avec le public cible de la marketplace concernée. Afin de pouvoir ensuite augmenter le trafic sur cette dernière, le site e-commerce, lui se doit uniquement d’augmenter le nombre de consommateurs potentiels sur son site.

Quel Business Model pour quelle activité ?

S’agissant d’un site e-commerce tout ce qu’il y a de plus classique, le business model est lui aussi très classique. Il fonctionne finalement comme toute boutique de vente directe et développe des marges en augmentant le nombre de ventes et le trafic sur la plateforme.

Pour une marketplace, les choses sont légèrement différentes. L’opérateur de la marketplace verra sa rémunération dépendre d’une commission qui sera prélevée sur chaque vente réalisée via sa plateforme. Cette dernière est variable mais tourne en moyenne autour de 20% du montant du panier. Le modèle commercial adopté est donc bien plus lié au volume d’affaires : plus le nombre de ventes réalisées est élevé et plus les revenus seront importants. Ces dernières proposent également des stratégies de Trade Marketing payant, avec l’usage de bannières par exemple, dans le but d’augmenter ses recettes.

A qui revient la responsabilité de la vente ?

Au regard de la loi, lors d’une transaction, les marketplaces se cantonnent à un rôle de courtier, en offrant la possibilité de disposer d’une plateforme d’échange et de vente sécurisée afin de réaliser les transactions. De ce fait, la responsabilité légale d’une vente sur une plateforme e-commerce revient au vendeur. Dans ce cas, si un acheteur décide de lancer une poursuite suite à des dommages liés à tel ou tel produit issu de la plateforme, ce n’est non l’opérateur de la marketplace qui sera mis en cause mais bien le vendeur.

Au contraire, dans le cadre juridique d’une vente réalisée sur un site e-commerce, c’est le gérant de ce dernier qui se retrouve responsable légal du produit mis en vente.

Stock ou pas Stock ?

La gestion du stock entre un e-commerçant et une marketplace diverge là encore de manière importante. Afin que le site e-commerce puisse répondre de manière optimale à la demande, et ainsi augmenter ses revenus de manière conséquente, il se doit de disposer d’un stock certain, et approvisionné de manière régulière. Cette gestion des stocks et leur inventaire, nécessite un véritable investissement.

Bien au contraire, l’opérateur de Marketplace, lui, ne dispose pas de stock. Sa tâche consistant seulement à favoriser la mise en relation entre les marques et leurs potentiels acheteurs, le rôle de la gestion des stocks revient alors là encore aux marques. Pour autant, le suivi des stocks des vendeurs doit être réalisé afin que ces derniers soient régulièrement mis à jour sur la marketplace.

Qu’en est-il des expéditions et retours produits ?

En cas d’achat d’un produit en e-commerce, comment se passe donc l’expédition, et le potentiel retour du produit en cas de non satisfaction ?

Dans le cadre d’un achat sur un site e-commerce, c’est directement celui-ci qui se charge de l’expédition des produits au consommateur. Le retour de son produit est également à voir directement avec le site e-commerce.

C’est différent sur une marketplace. Alors que l’achat est réalisé sur cette dernière, c’est là encore la marque (marchand partenaire ou vendeur particulier) qui aura la charge de gérer l’expédition des produits. C’est aussi auprès de ce dernier que le produit doit être retourné. Enfin, c’est aussi le vendeur qui aura la charge de s’occuper de la gestion du Service Après-Vente via l’utilisation d’adresses cryptées.

Quel catalogue pour quel système ?

Pour finir, il existe une dernière différence à prendre en compte quand il s’agit de différencier les sites e-commerce des marketplaces : le catalogue.

Alors qu’une marque développe son propre univers sur son site e-commerce, permettant au consommateur d’évoluer dans un univers qu’il connait, la marketplace n’offre pas autant de visibilité aux produits.

En effet, les marketplaces peuvent cumuler un nombre de références de produits très important. De plus, les clients ne se rendent que rarement sur une marketplace avec une marque particulière en tête (autant aller sur le site e-commerce dans ce cas !).

De ce fait, il est important pour les marques de sortir du lot ! A ce titre, il est recommandé que ces dernières multiplient les références mais aussi fassent un véritable effort d’optimisation des fiches produits pour améliorer le référencement de leurs produits et ainsi gagner en visibilité lors des recherches réalisées par les clients sur la marketplace. Le catalogue d’un site e-commerce n’est en aucun cas soumis à la concurrence, ce qui n’est pas le cas sur une marketplace.

En conclusion, les marketplaces offrent de nombreux avantages qui peuvent être adaptés à vos besoins. A vous de décider maintenant : la Marketplace, j’y vais ou j’y vais pas ?